le Weyr des nomades de l'ouest
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les joies de la convalescence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 16:32

Être convalescent n'est pas une corvée. Ce n'est pas une punition non plus... la plupart du temps. En théorie, lorsqu'on est en convalescence, on en profite pour se reposer, surtout si on en a besoin.

Le problème actuel de T'nell était justement qu'il ne pensait pas avoir encore besoin de repos et que, privé d'entraînement, il s'ennuyait ferme, chose qui lui donnait logiquement beaucoup de temps pour penser.
Et penser, chez lui, n'était jamais très positif.

Assis seul à une table loin des fourneaux, le Chevalier Bronze se laisser aller à ses tristes pensées, griffonant négligement sur un morceau de parchemin, le menton appuyé sur son poing gauche. On pouvait distinguer, malgré les traits grossiers, le visage d'une femme jeune et sans doute belle. Ce faisant, il pensait à Ferana et, comme il commençait à le faire de plus en plus souvent, à T'rilyn. Certes, T'nell ne l'avait jamais aimé au sens le plus pur du terme, mais le Chevalier Vert lui manquait sérieusement.

Lorsque le jeune homme était encore en vie, une fois leur journée terminée, ils se retrouvaient pour diner ensemble. T'rilyn avait le don de connaître tous les commérages du Weyr, quel Chevalier Vert avait le béguin pour un Chevalier Bleu en particulier... il parlait beaucoup et pas toujours avec intélligence, mais T'nell devait avouer que les bavardages de son ami lui manquaient.
Maintenant que T'rilyn était mort, son aîné s'apercevait avec douleur que, durant toutes ses années, il s'était sentit vivant uniquement par sa présence. Faire croire à tout le Weyr que T'rilyn avait été son petit ami, même s'il n'avait lancé lui même la rumeur, était un prix à la hauteur de sa perte actuelle.

Lorsqu'il avait marqué Mengath, T'nell avait pensé qu'il ne serait plus jamais seul et, lorsque son Bronze avait enfin rattrapé Armanth, il avait vu tous ses voeux se réaliser. Il avait eu une compagne, une famille, et il avait tout perdu du jour au lendemain.
Cette fichue épidémie avait fait de même. Elle lui avait enlevé la seule personne qui, par son exupérance, lui donnait encore envie d'exister. Les trois quart de son Escadrille avaient étés décimés, le reste avait été intégrée à celle de M'lawn pendant que T'nell, son ancien Chef, remuait des idées déprimantes à longueur de journée.

Il soupira. Le dessin était raté et sa Ferana avait un oeil plus grand que l'autre. De toute façon, il n'avait plus réussit un seul croquis depuis la mort de son aimée. D'un geste machinal, il froissa le feuillet et l'écarta du dos de la main. Au moins, l'épidémie n'avait pas emporté... non. Ce serait trahir sa Ferana que d'y penser.
Il devait se dire qu'il avait survécut pour Mengath. Juste pour Mengath. Et pour faire son devoir.


[[Ouvert à tous ^^]]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 19:06

Erell faisait le tour des convalescents afin de ne negliger aucun signes de rechute. Elle n'etait pas guerrisseuse, mais le guerrisseur du Weyr etait mort et celui du fort ne passait qu'une fois par septaine depuis que tout risque semblaient ecartés. Seulement Erell avait tres tres peur d'une rechute et de se retrouver seule face un Weyr vide.

Les quelques arrivées lui avaient forcément fait plaisir, mais le weyr restait tout de même bien vide !

Arrivée a l'infirmerie elle vit que tout le monde etait la, sauf, evidement T'nell. Celui-ci etait rarement dans l'espace reservé aux malades.

Cherchant donc le chevalier bronze, elle fit le tour des lieux les plus probables et arriva finalement dans la grande salle.
Le chevalier etait la et une boulette de papier roula juqu'aux pieds de la Dame qui la rammassa, la deplia et regarda le croquis.

C'etait une belle jeune femme, et le croquis rendait bien son expression souriante et legerement rêveuse.

Erell prit une chiase, le croquis toujours en main et dit d'une voix un peu absente.

Vous êtes trop dur avec vous même, je le trouve tres bien ce dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 19:43

Toujours perdu dans ses pensées maussades, le Chevalier Bronze sursauta en entendant la voix d'Erell. Il ne lui adressa qu'un très bref regard avant de tourner la tête dans la direction opposée, rougissant légèrement et se redressant un peu.
Être complètement avachis devant une Dame du Weyr n'était peut être pas la meilleure chose à faire.

"Non." répondit-il simplement. "Ses yeux..."

Il ne savait pas pourquoi il perdait ses mots. Parce qu'il parlait de Ferana? Parce qu'il en parlait à Erell?
C'était la Dame du Weyr. Il ne devait pas l'oublier. Pas Erell. Il ne la connaissait pas et ne voulait pas la connaître. Il n'avait pas le droit de l'appeller par son prénom, même mentalement.
Même si tout ça, c'était se mentir à lui même.

"Elle était plus... belle. Et joyeuse."

Il risqua un coup d'oeil vers la jeune femme, relevant quelque peu ses yeux gris bleus. T'nell n'osa cependant pas aller jusqu'au regard d'Erell et se détourna encore une fois.

"Tellement plus joyeuse... et intelligente."

T'nell sentir sa bouche se déssécher. S'il n'avait pas tant pleuré son aimée par le passé, il aurait certainement eu les yeux humides. Et puis il n'avait pas envie de partager ses souvenirs comme il avait dû partager sa compagne.

"On ne le voit pas sur le dessin," remarqua t-il avec une légère pointe de surprise et, surtout, de déception.

Il resta silencieux, ne sachant pas que de dire d'autre.
T'nell aurait sans doute pu la saluer, lui demander si elle allait bien, ce qui était sans doute faux mais qu'on demandait toujours par politesse. Simplement, il ne le faisait jamais, et à plus forte raison parce qu'elle était Dame Dorée. Si son Mengath n'avait pas été en train de se chauffer sur une corniche, il aurait pu dire que son dragon l'appellait pour... le sabler, par exemple. Ainsi, T'nell aurait eu une excuse parfaite pour s'esquiver.
S'enfuir lâchement, comme d'habitude. Mais il ne supportait pas leur présence. Sauf...

"Vous... gardez le si vous voulez..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 20:04

Erell cru soudain avoir fait une gaffe. Peut etre n'aurait elle pas du parler de cela au chevalier. Mais elle ignorait son histoire. Les chefs le savaient mais tout c'etait passé si vite qu'il n'y avait pas eu de veritable passation de pouvoir et elle se retrouvait avec personne pour lui expliquer les erreurs a ne pas faire.

En tout cas la ele en avait fait une. Le rougissement, les yeux qui se leverent, presque pleins de larmes... si seulement elle avait pu se taire, il etait evident que ce dessin etait un souvenir. Meme si elle ne lui avait jamais connu d'autre compagnons que T’rylin.

Etrange tout de meme qu'il montra plus de chagrin pour ce dessin que pour son ancien compagnon. Enfin ele savait bien elle meme qu'entre ce que l'on montre et ce que l'on ressens...

Elle devait se rattraper.

Désolée fit elle doucement, je ne voulais pas remuer de douloureux souvenirs.

Mais curieusement le sombre chevalier lui fit présent du dessin et Erell en fut curieusement touchée et c'est avec une voix surprise et un rien emue qu'elle dit :

Merci, c'est tres gentil a vous, j'en prendrais soin.

Puis son ton se fit plus amusé et un rien reprobateur.

Je suis venue vous ramener a l'infirmerie chevalier T'nell, ce n'est pas serieux, vous devez vous reposer, c'est important.

Sa voix se brisa mais elle fit courageusement face, ses yeux brillants de defis.

Nous avons besoin de tous nos chevaliers valides, imaginez que les Fils retombent demain. Quelle hecatombe parmis les "gens de la plaine" !
Allons soyez raisonnable
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 20:55

"Ce n'est rien," assura t-il d'une voix douce. Il ne souhaitait pas faire culpabiliser la jeune femme. T'nell était peut être très mal à l'aise avec les femmes depuis la mort de Ferana, mais il n'aurait jamais voulut leur faire subir son propre calvaire en étant désagréable.
C'était juste au dessus de ses moyens.

Il ne voulait pas se reposer. Et puis, il pouvait le faire beaucoup mieux dans son propre weyr qu'à l'infirmerie... Mengath pouvait prendre soin de lui, tout de même. T'nell était bien conscient de la désaprobation de son Bronze à ce sujet, mais il avait refusé d'être à l'infirmerie... avec tous les autres. Ceux qui ne comprenaient rien à rien. Il en avait tout simplement assez des condoléances à propos de T'rilyn.
Ces gens n'étaient que des hypocritques. Ils ne connaissaient même pas le Chevalier Vert, pour la plupart... craignaient-ils donc à ce point qu'il fasse une rechute sans 'le petit ami du Chevalier Bronze contrarié'? Ces sombres crétins avaient l'esprit si ouvert qu'ils n'avaient même pas remarqué que Mengath n'avait jamais fait aucun vol de Nirath... que lui et T'rilyn n'avaient jamais été réellement amants.

"Je ne suis pas fatigué... je crois que je vais bien, Dame du Weyr. Je suis mieux dehors qu'à l'infirmerie."

Il se sentait las. Las d'expliquer aux infirmières qu'il ne voulait pas de leur présence et que oui, il préférait être soigner par ce jeune apprenti guérisseur même s'il n'était qu'Aspirant Bleu. Las de repousser ces pies qui, venant pour la plupart d'autres Weyr pour s'occuper des survivants, faisaient tout pour ignorer qu'il n'en voulait aucune dans son lit.
Las, tout simplement, d'une infirmerie trop pleine, trop bruyante. Las de voir un vivant bavarder et rire dans le lit qu'avait occupé T'rilyn avant de mourrir. Et cette lassitude morale se ressentait dans sa voix. Ne voulant pas recevoir l'ordre de retourner à l'infirmerie -ce qu'il n'aurait pas fait, il se reprit et essaya de paraître un peu plus... un peu moins fatigué. Parce qu'il ne se sentait pas fatigué du tout.

"Si ce n'était pas sérieux, Mengath ne m'aurait pas permis de sortir. Il est très réfléchit."

T'nell insista sur le dernier mot avec une sorte d'ironnie enfantine, admettant tacitement qu'un dragon réfléchit ne pensait de toute façon pas autant qu'un humain... mais en même temps, pour bien montrer que Mengath ne mettrait pas sa vie en danger.

"Je préfère combattre les Fils cette après-midi que de retourner à l'infirmerie." Il se tourna enfin vers elle, et son regard était franchement hostil. "Je déteste les infirmières. Elles me rendent malades."

Ses yeux se radoucirent et l'éclat bleu vif qui les avait animé disparut, laissant place de nouveau à la lueur triste qui les habitait depuis tant d'années. T'nell soupira, baissa la tête et fixa son regard sur un des noeuds de bois de la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 21:36

La jeune femme fut rassurée par la voix douce de T'nell. Elle avait fait une gaffe, cela elle le savait mis il avait l'air de lui en tenir rigueur et c'etait tant mieux. Erell n'aimait pas se facher, avec personne. D'pres l'Oncle cela venait du fait qu'elle aie vecu quelques jours seule avec sa mere morte lorsqu'elle etait enfant. Bien entendu elle ne s'en souvenait pas, ses plus vieux souvenirs etaient ceux de la ferme, avec Lionel poiur père, Araël pour mère et Liam comme petit frère presque jumeau.
Liam lui manquait mais elle pouvait se permettre dequitter le Weyr en ce moment. Cela faisait d'ailleur une eternité qu'elle n'etait pas passé les voir.

Lorsque T'nell l'appela Dame du Weyr, le premier geste d'Erell fut de se retourner. Mais evidement il n'y avait personne derriere elle, c'etait elle la Dame du Weyr. L'epoque ou elle etait Erell troisieme Dame etait definitivement révolue. Elle rougit un peu de sa méprise.

Désolée j'ai encore du mal avec ce titre, je n'etais pas vraiment préparée a devenir Dame du Weyr si rapidement. s'excusa t'elle d'une voix douce et un peu gênée de se montrer si peu professionnelle malgré son age avancé (29 revs, déjà ! ).

Elle écouta le reste du discourt avec un leger amusement. Elle aurait pu répondre exactement la même chose. Elle lui fit un leger sourire.

Vous êtes sur de ne pas avoir d'origines Nomades ? Je croyais que ce genre de réactions etait purement nomadique et que les sédentaires adoraient etre choyés a longueur de journée.

C'etait une legere provocation pour alléger l'atmosphere. Elle avait l'habitude de ce genre de discussion avec Arthémis et, apres tout connaissait trs peu le chevalier T'nell. a l'epoque le Weyr etait bondé et elle ne connaissait pas tout le monde. Néanmoins quelque chose l'empechait de lui permettre de rester dans son weyr a se morfondre a longueur de journée.

Ce n'est pas bon de rester seul tout le temps. Si je vous permet de rester dans votre Weyr, me promettez vous, sur l'honneur, de passer a l'infirmerie au moins une fois par jour vous faire examiner et tout vps repas dans la grande salle avec les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 22:44

Lorsqu'Erell lui demanda s'il avait des origines nomades, T'nell eu définitivement la confirmation de ses soupsons: Erell ne savait pas qui il était. Elle connaissait son nom, bien entendu, mais pas son histoire. Les ragots qui couraient sur son compte n'avaient donc pas atteints les oreilles de la jeune fille.

"J'aime la compagnie. Ce sont les femmes que je n'aime pas."

T'nell n'avait pas envie de parler son passé avec la Dame du Weyr, mais il supposait qu'il faudrait qu'elle en sache un minimum, ne serait-ce que pour qu'elle comprenne qu'il ne fallait pas trop lui tourner autours... si on était une femme.

"Vous n'avez jamais entendu parler de Dame Ferana? La Maîtresse d'Armanth?"

Il aurait voulut lui dire qu'il n'était pas seul et que Mengath était avec lui, mais elle le savait sans doute déjà. Et puis, il prenait déjà ses repas dans la grande salle avec les autres Chevalier. Les femmes avaient juste appris à ne pas se joindre à eux pour éviter de le mettre mal à l'aise.
Ou peut être pour ne pas être mal à l'aise elles même.

Mais en réalité, oui, il se sentait seul. Pas quand il prenait ses repas avec ses camarades ou qu'il volait avec Mengath, pas plus que lorsqu'il révassait quelque part comme aujourd'hui.
C'est quand il rentrait dans son weyr vide qu'il se sentait mal. Pendant de nombreuses années, il avait vécut avec Ferana. A cette époque, leur weyr était toujous joyeux. Il se rappellait parfaitement les fleurs qu'elle prenait toujours soin de mettre sur leur table de nuit.
Ensuite, T'rilyn avait envahi ses quartiers, les remplissant de son bavardage incessant, de ses étreintes d'amoureux qui ne pouvaient être rendue qu'amicalement. T'nell s'était tout simplement habitué à avoir le Chevalier Vert dans les pattes.
Maintenant, son weyr était de nouveau vide.

"Sans vouloir vous vexer, Dame du Weyr..." commença t-il doucement, d'un air un peu absent. "Je ne pense pas que vous pourriez m'obliger à sortir de mon weyr si je n'en avais pas envie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Lun 31 Oct à 23:45

Les paroles de T'nell surprirent la jeune femme. Pas tant par leur contenus, apres tout des hommes qui n'aimaient pas les femmes cela existait bien qu'elle n'en ai jamais vu en tant que chevalier bronze, mais par le caractrere soudain et un peu agressif d'une telle declaration, jetée de but en blanc, a une femme justement.
Levant les sourcils sous la surprise, ses yeux mancant des eclairs elle retint de justesse une remarque acerbe. Et la suite la surpris encore plus.

Non, jamais. Ce n'est pas une Dame d'ici sinon j'aurais été au courant. Vous semblez croire que je devrais le savoir, je dois donc en déduire que c'est sujet aux rumeurs. Orje n'écoute jamais les rumeurs, aussi n'en suis je pas informée. Mais s'il y a quelque cose que vous pensez que je doive savoir, dites le moi. Je ne suis pas encore arrivé jusqu'a votre dossier dans la pile des choses a faire.

En effet elle avait tellement de deces a constater et de remplacement a valmider qu'elle avait mis les dossiers des convalescents un peu a l'ecart, en attendant d'avoir le temps. Comme elle avait été véxée, son ton etait legerement autoritaire et surtout un rien sur la defensive, comme si elle en voulait au chevalier de lui donner envie de s'excuser de ne pas avoir lu son dossier.

La suite la fit sourire, erell ne se fachait jamais longtemps, meme si elle n'oublierait pas tout ce qu'elle avait appris pendant cet "echange".

Sans vouloir vous vexer, Chevalier T'nell, je pense que vous me sous estimez. Je sais parfaitement comment me faire obeir, et Zaëlth sait tres bien parler aux bronzes...mais si vous voulez tester, a votre guise, j'ai toujours aimé les défis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mar 1 Nov à 0:16

Il y avait là de quoi étonner n'importe quel Chevalier Bronze. En général, quand une Dorée se jetait dans l'Interstice, surtout si elle était jeune, tout Pern avait tendance à le savoir dans les trois jours.
Mauvaise nouvelle se passe de Harpiste.

"Dame Ferana était la maîtresse de la Dorée Armanth. Elle est morte en couche il y a huit ans."

Son regard sembla se voiler d'une tristesse infinie et sa voix, bien que plutôt détâchée (ou tentant de l'être) était tintée d'une mélancolie poignante.

"C'était ma compagne. Elles m'ont empêché de rester auprès d'elle."

Soudainement, il eu envie de fuir, de s'éloigner le plus loin possible de cette femme pour ne plus entendre sa voix, ne plus sentir son odeur, ne plus voir ses yeux, ses lèvres...
T'nell détourna violemment la tête. Regarder les motifs du bois de la table n'était pas suffisant pour oublier sa présence. Là, à cet instant, ses pensées lui retournait l'estomac et lui tailladaient le coeur. Ferana... sa douce Ferana! Tout aurait été tellement plus simple si elle avait vécut.

"On m'a envoyé ici parce qu'aucune Dame et aucun Chevalier ne parvenait à me sortir de mon weyr. Certaines étaient plus âgées et plus expérimentées que vous, mais pas plus..."

Il se retint au dernier moment de lâcher un 'pas plus belles' désastreux. Ce genre d'accidents ne seraient jamais arrivés s'il avait encore eu T'rylin.
Ou, au moins, Dame Erell aurait pu ne pas y prêter attention en sachant que T'nell était déjà pris. Furieux contre lui même, le Chevalier se leva brusquement. C'était plus qu'il n'en pouvait supporter... sa présence était juste trop pour lui. Trop jeune, trop jolie, trop attirante, trop vivace devant lui pour ne pas lui donner envie de...

"Pardonnez moi, Mengath m'appelle."

C'était bien entendu un mensonge et même sans demander à sa Reine, Erell aurait pu le comprendre. Rien qu'à sa manière presque paniquée de parler, sa hâte à soudainement la quitter alors qu'il s'était conduit plutôt calmement... même un enfant aurait pu comprendre que quelque chose l'avait brusquement effrayé.

Un spasm nauséeux lui secoua l'estomac et il s'appuyer contre la table la plus proche, plié en deux, une main crispée sur la bouche, l'empêchant momentanément de partir loin de la Dame du Weyr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mar 1 Nov à 13:39

Nom inconnu. Mais visiblement tres important pour T'nell donc a retenir. Ferana dame de la Dorée Armanth, ex-compagne du chevalier T'nell morte en couche il y a 8 revs. Information enregistrée !

Avec un soupir, Erell se demanda qui se souviendrait de ses trois amies, Estel, Scylla, Tolly quand 8 revolutions auraient passées. Elle ne sut que dire surtout qu'etant donné qu'il ne parlait pas de l'enfant, celui ci n'avait pas du non plus survivre. Elle se retint d demander. La melancolie qui transparaissait dans la voix du chevalier etait poignante. La jeune femme repensa a sa mere qu'elle n'avait jamais connue. Sa mere qui l'avait mise au monde toute seule dans une pauvre tente a moitié montée. Et qui avait tenu jusqu'a son sevrage avant d'etre emportée par la tristesse et la honte.

Perdue dans ses pensées, Erell donna un tout autre sens a l'interruption du chevalier. Elle pensait qu'il avait eu peur de la blesser.

Plus agées, plus experimentées mais pas plus bornée ! Ceci est un avertissement officiel chevalier, si vous ne l'ecoutez pas je passerais a des methodes officieuses qu'a mon avis vous n'auriez pas envie de connaitre.

Dit elle en pensant plus ou moins lui adjoindre Arthémis comme gardienne. Arthémis etait gentille mais 24h/24 surtout quand on aimait la tranquillité c'etait dur a suporter. Maiq quelque chose senbla soudain deranger le chevalier qui prit pretexte de Mengath pour s'en aller au plus vite. Elle n'avait pas beosin de faire appel a sa reine pour se rendre compte que ce n'etait qu'un pretexte.

*Mais quelle mouche l'a piquée?* se demanda t'elle avait de le voir se plier en deux de douleur, un main sur la bouche.
Erell fut instantanéement en alerte. Il avait voulu lui cacher sa maladie ! Il n'etait pas tout a fait guéri il fallait absolument faire quelque chose !

Je pense que Mengath se passera de vous le temps que vous alliez a l'infirmerie et cette fois tout de suite, et c'est un ordre chevalier ! Et qui plus est je vous y accompagne au cas ou l'on devrait faire venir le guerriseur du fort.

Dit elle d'un ton sans replique en posant avec douceur sa main sur le dos du malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mar 1 Nov à 14:02

Ah, si seulement T'nell avait put lui dire qu'il n'était pas malade! Qu'il se sentait très bien avait qu'elle n'arrive! Il lui aurait certainement dit de s'éloigner s'il n'avait pas si peur de recracher tout ce qu'il avait dans l'estomac, tant il se dégoûtait des pensées qu'il avait eu. En temps normal, sa réaction n'aurait sans doute pas été aussi violente, mais il fallait admettre qu'il était encore un peu fatigué.

Résigné à ne pas pouvoir échapper à la Dame Dorée (mais tout de même soulagé qu'elle n'aie pas interprété correctement son lapsus), il se laissa tomber sur un des tabourets entourant la table, se félicitant tout de même de ne pas avoir attiré l'attention des filles de cuisine. Il sursauta lorsqu'elle le toucha et, plus rudement qu'il ne l'aurait voulut, le Chevalier Bronze repoussa prestement sa main comme si elle l'avait brûlé.
Ce qui, pour lui, n'était pas si loin de compte. Erell en train de le toucher éveillait en lui des sentiments qu'il aurait préféré ne jamais éprouver.

"Je n'ai que faire de vos ordre! Laissez moi tranquille!"


La voix de T'nell avait pris une teinte à demi hystérique, à demi suppliante. La situation le paniquait totalement. Il fallait qu'elle s'en aille avant qu'il ne trahisse vraiment Ferana! Qu'elle le laisse! Il n'avait pas besoin d'aide. Qu'elle parte et il irait mieux!
Il ne voulait pas que sa peau s'enflamme à chaque fois qu'elle le touchait. Il ne voulait pas la désirer comme il le faisait. C'était mal... trop mal...

Il essayait désespérément de se calmer, de rendre à sa voix sa tonalité calme et douce. T'nell, malgré les sentiments contradictoires qui lui retournaient le ventre, ne savait qu'une chose clairement: il ne voulait pas effrayer la jeune femme. Ni la mettre en colère, d'ailleurs. Juste essayer de rester fidèle à Ferana.

"S'il vous plait... "

Toute cette agitation avait finalement réussit à réveiller Mengath qui poussa un rugissement inquiet du haut de sa corniche. Le dragon n'avait sentit son maître si perturbé depuis... depuis... il n'aurait sut le dire. Cependant, même s'il était incapable de comprendre la réaction de T'nell, il savait qui en était la cause.

[*à Zaëlth* C'est ta maîtresse qui fait mal à mon maître! Il allait bien!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mar 1 Nov à 16:56

T'nell prit un siege et s'assit ce qui inquieta encore plus la dame dorée. Il se sentait donc si mal qu'il n'etait pas assuré de pouvoir rester debout ?
Par contre elle ne fut pas blessée lorsaqu'il ecarta sans menagement sa main. Cetaines personne n'aimaient pas montrer leur faiblese. Peut etre T'nell etait il de ces gens la ? Il semblait fatigué, fatigué, triste et en colere. Surement a cause des medicaments qui l'enervaient et l'epuisaient. Il sortait d'un long coma, avait appris la mort de son ami, et n'etait visiblement pas encore tout a fait rétabli.

Mais fatigué ou bpas fatigué, il n'avait pas a lui parler sur ce ton. Par la premiere coquille elle etait Dame du WEyr, et meme si elle ne l'avait pas ete, personne n'avait le droit de lui parler comme cela.
Ces yeux bleus, toujours vifs et parlants flamboyerent de colere tandis que ses sourcils noirs trnachant sur sa peau clair se froncaient de colere.

Oh que si vous en avez a faire de mes ordres ! Et vous allez obeir ! Et sans plus discuter, et si je dois vous assommer et vous porter moi même je le ferais.

Elle donna un grand coup de pied rageur dans le tabouret du chevalier dans l'espoir de faire tomber ledit tabouret et de forcer le chevalier a se lever.

Je vus laisserais tranquille a l'infirmerie ! En attendant vous allez vous dpecher de vous lever si vous ne voulez âs que j'appelle du renfort !

Elle en criait presque et sa voix etait tendue pour essayer d se dominer. Erell etait plutot gentille, calme et souriante mais il ne fallait pas pousser non plus. Elle aussi avait une phobnie. Celle de se retrouver seule.


Et sachez une chose, Chevalier, continua t'elle froidement, j'ai bien assez de travail sans avoir non plus a me pencher sur votre acte de deces et les candidatures quand a votre remplacment, alors vous allez guerir et rapidement qui plus est !


Sa voix a elle etait a moitié hystérique, a moitié furieuse. Elle ne voulait pas, elle refusait d'autres morts dans SOM weyr !
Il y en avait deja eu assez, tous ses amis, tous ses anciens amants, meme si elle ne s'etait jamais vraiment attachée de peur de faire la meme erreur que sa mere, tout son weyr. Les trois quart des candidats, les enfants, les vieillards, tous etaient mort.
Elle ne savait pas si elle aurait la force d'affronter ne serait ce qu'un seul deces de plus.

A ces souvenirs, des larmes vinrnent perler a ses longs cils et roulerent sur sa joue.

C'est moi qui vous le demande, dit elle d'une voix etranglée par la peur de se retrouver toute seule. Acceptez de vous soigner, c'est important, faites le au moins pour Mnegath...

Mnegath qui, de son coté envoyait un message rageur a Zaelth qui l'ignora avec tout le dedain que peut avoir un reine envers un bronze désobeissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mar 1 Nov à 22:18

Mengath était peut être un dragon, mais il n'était pas stupide pour autant et comprit vite que Zaëlth ne faisait pas attention à lui.
Or, s'aurait été le seul moyen de débloquer un peu la situation, parce qu'il savait que T'nell ne retournerait pas à l'infirmerie. Sauf...

[*Erell* Pardonnez moi Ma Dame] commença t-il en essayant désespérément d'imiter le mieux possible le protocole des humains. [mais c'est vous qui le mettez dans cet état. C'est dans sa tête. Son corps allait bien.]

Le dragon, maintenant vraiment réveiller, se tassa sur sa corniche en lançant un regard inquiet vers le weyr de la Reine. Zaëlth allait-elle le punir de s'être adressé directement à sa maîtresse? Le réprimander? Ordonner aux autres dragons de l'ignorer? Il adressa à la Dorée un torrent d'excuses confuses et laissa échapper un petit jappemment en anticipant la colère de Zaëlth.

T'nell, quant à lui, se concentrait sur sa respiration en essayant d'ignorer Erell. Inspirer. Expirer. Il ne pourrait pas s'en aller temps qu'il n'aurait pas calmé un peu son estomac. Et le mieux à faire était de ne pas penser à la Dame du Weyr. Ensuite, il retournait dans son weyr, prendrait du jus de Fellis et oublierait pour quelques heures tous ses problèmes. Si elle pouvait juste le laisser...
Ses pensées furent interrompues par la soudaine disparition du tabouret et la rencontre douloureuse du postérieur du Chevalier avec le sol. L'arrière de sa tête heurta tout aussi délicatement la table, faisant momentanément oublier à T'nell les douleurs de son estomac. Il releva son pauvre crâne endoloris, s'apprêtant à demander à Erell si elle n'était pas devenue folle, mais aucun son de sortit de sa bouche et il resta les lèvres entrouvertes. Croyait-elle vraiment qu'il allait mourrir? Si ce genre de crises pouvaient tuer, il serait mort dans les semaines qui avaient suivies la décès de Ferana...

Il supportait aussi mal les larmes de la jeune femme que sa trahison envers Ferana. Le Chevalier n'avait pas voulut, vraiment pas voulut la blesser, mais il ne voyait pas comment il aurait pu réagir autrement. Machinalement, il passa une main dans ses cheveux là où une grosse bosse prendrait sans doute place le lendemain, sans pouvoir détourner son regard d'Erell. T'nell ne la regardait pas dans les yeux: il ne l'aurait pas supporté. Il fixait les larmes qui descendaient le long de ses joues, passaient au coin des lèvres, passaient le menton pour couler sur la gorge...

T'nell se releva doucement et s'aperçut qu'il avait le souffle court, comme bloqué dans sa poitrine. Et son coeur battait trop vite.
Un instant, même son mal de tête, qui pourtant le lançait, lui parut totalement oublié alors qu'une larme parvenait, amincie et translucide, jusqu'au décolleté de la jeune femme...

"Pardon..." souffla t-il si légèrement qu'elle aurait pu ne pas l'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 12:31

Erell n’aurait pas du se laisser aller a pleurer. Une bonne Dame du Weyr ne pleurait pas en public et surement pas devant un chevalier insubordonné mais ces larmes a la fois de colere et de frayeur, elle ne put les retenir.
Son regard se fit vague tandis que Mengath lui parlait directement et devant cette revelation, elle ravala ses pleurs, mais ne dit rien. Elle aurait voulu s’excuser pour le coup du tabouret c’était vraiment enfantin surtout que le chevalier avait l’air ridicule assis par terre, une main derriere la tete a la fixer de ses yeux gris.

Zaelth quand a elle était furieuse, ce dragon, non seulement d’avoir ete le dragon d’un chevalier mal elevé et de vouloir le proteger s’etait de plus adressé a SA maitresse et l’avait troublée qui plus est. Elle ne repondit pas a son torrent d’excuses pour le moins vaseuses et reagit au jappement plaintif par un rugissement de defi et de colere.
Erell était SA maitresse et seule Zaelth avait le droit de lui parler et pas un petit bronze rachitique qui n’arrivait meme pas a s’exprimer correctement tout seul !

(Il a voulu faire au mieux Zae, ne le gronde pas trop)

[Il vous a boulversée, il vous a parlé alors que ce n’est qu’un bronze, il aurait du me demander a moi !]

(L’aurais tu ecouté ?) demanda la jeune femme qui connaissait bien le caractere orgueilleux et parfois merpisant de son amie

[Il me l’a demandée et je l’ai ignoré parce que son maître vous desobeissait.]

(Alors il n’avait pas d’autre choix !)

Pour toute reponse la belle dorée etendit ses ailes et quitta le weyr pour planer dans le bassin. Sans plus accabler le bronze mais en recommancant a l’ignorer. Il allait etre difficile pour Mengath de se faire pardonner !
Par contre du coté d’Erell c’était tout autre chose. La revelation du bronze l’avait fortement chamboulée. Etait elle si mauvaise Dale pour mettre un de ses chevaliers dans cet etat par sa seule presence ?
C’est alors qu’elle entendit le « pardon » de T’nell. Elle en fut boulversée. Pas etonnant qu’elle aie causé la mort de sa mere. Pas etonnan que son grand pere et son pere n’aient jamais voulu entendre parler d’elle si elle rendait les gens tellement malade par sa seule presence. Si cela se trouvait l’epidemie était de sa faute ! Elle en était l’unique responsable !
Une fois encore son cœur se brisa dans sa pointrine, elle se demanda vaguement d’ou venait cette force que le cœur avait de pouvoir se briser plusieurs fois sans se reconstruire. Mais ce genre de questions philosophiques meritaient du temps et elle n’en avait pas.

C’est a moi de m’excuser, murmura t’elle a son tour. Je n’avais pas compris. Elle baissa la tete mais ne pu s’empecher d’ajouter. Au moins votre dragon est plus poli que vous ne l’etes. Puis quittant le chevalier, elle retourna a la table ou elle s’était assise et sortit d’un grand sac une pile de dossiers a travailler. Seulement le premier qu’elle tira portait un nom familier. Gerilla, dame verte 26 revs, pleine de vie et d’enthousiasme avec son fils Trille, tout deux decedes a peine une septaine plus tot.

La cupabilité la saisi, elle se sentait de plus en plus responsables de ces morts et les larmes recommencèrent a couler, grosses comme des pois, sur le dossier ouvert, abimant le parchemin, diluant l’encre, deposant de larges auréoles claires la ou elles tombaient.

Erell se prit la tete entre les mains, les larmes semblaient ne plus vouloir jamais s’arreter de couler
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 13:03

T'nell se sentit immédiatement trahi en entendant Erell parler de son dragon. Comment Mengath avait-il pu... un dragon ne s'adressait jamais à quelqu'un d'autres qu'à son maître! Ou, à la rigueur, à la compagne ou au compagnon de son maître.
Par le passé, le Bronze n'avait jamais parlé qu'à Ferana.

Peiné à la fois par le mépris de la Dorée et la colère de son maître, le Bronze en question laissa échapper un gémissement pitoyable. Il avait juste voulut éviter que les choses empirent! Et maintenant, non seulement Zaëlth lui en voulait, mais T'nell également. Le dragon se redressa et claironna à l'adresse de la Reine, blessé qu'elle ai mal pris une initative que Mengath se reprochait déjà.

Pour le Chevalier, la situation s'était à la fois améliorée et détériorée. Erell loin de lui, il pouvait prendre le temps de se calmer sans être assaillit par des pensées non voulues. En même temps, il n'avait pas voulut blesser la Dame. Mais qu'aurait-il pu lui dire? 'Désolé, mais quand je suis à côté de vous j'ai envi de vous sauter dessus, de vous plaquer contre une table et de coucher avec vous mais je ne veux pas trahir Ferana?' Bien sûr... s'aurait été très fin, très élégant et très galant. Et puis, il n'en avait tout simplement pas le courage. S'aurait été tellement... vulgaire.

La peine de son Chevalier assaillit le dragon qui ne savait plus que faire pour se faire pardonner. Il était bien entendu hors de question de s'adresser de nouveau à Erell s'il ne voulait pas provoquer la colère de Zaëlth, chose qu'il n'aurait fait pour rien au monde. D'un autre côté, la Dorée ne l'écouterait sans doute pas.

Dans la caverne principale, l'altercation entre la Dame du Weyr et le Chevalier avait attiré les regards curieux des cuisinières; Celles-ci revinrent à leur tâche en reconnaissant sans difficulté T'nell. Si la Dame du Weyr ne savait même pas que le Chevalier Bronze frôlait la crise de nerf à chaque fois qu'une Dame Dorée passait plus de trois minutes à côté de lui, alors mieux vaudrait qu'elle fasse attention à elle si elle voulait survivre jusqu'au prochain Vol de sa Dorée.

[Faites un effort! Elle pleure!]

(A cause de toi.)

[Vous auriez préféré que je vous laisse continuer?]

T'nell ne répondit pas. Biensûr que non, il n'aurait pas voulut que les choses continues. Mais tout de même...
Sa nausée ayant maintenant disparut, il pensait pouvoir se lever sans risques. Sa tête lui criait de s'enfuir tant qu'Erell ne s'occupait plus de lui, son coeur lui disait d'essayer de la consoler.
Damn. Fallait-il vraiment qu'il se replonge jusqu'au cou dans les embrouilles alors qu'il venait tout juste d'en sortir?

Prenant bien soin d'éloigner toutes les pensées les moins catholiques qu'il aurait pu avoir, T'nell se releva et se dirigea lentement...
Très lentement vers la Dame du Weyr. Cependant, comme la distance qui les séparait n'était pas très grande, il fut rapidement à son côté. En tout cas, beaucoup trop vite à son goût.

Comme la regarder d'en haut lui donnait une très belle vue sur son corsage, il s'assit précipitament et assez loin d'elle pour être sûr de ne pas la toucher accidentellement. Mais il ne savait pas quoi lui dire. Les mots, la grammaire, tout semblait s'être évaporé de son cerveau au moment même où il s'était assis.
Il agit alors plus impulsivement qu'il ne l'avait jamais et, sans réfléchir, effaça le peu de distance entre leurs deux corps pour la prendre dans ses bras.
Et le regretter aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 13:56

Erell ne pensait plus a rien, elle pleurait. Lionel, Liam, Anaëlle, Nirael, toute sa famille lui manquait. Cette impression d'etre aimée, choyée comme elle l'avait ete toute son enfance depuis son adoption par son oncle lui aurait bien ete utile a present. Elle ne supportait pas l'idée d'être responsable de toute ces morts. Elle avait deja bien du mal a ne pas se sentir coupable d'etre naturellement immunisée contre ce virus et de ne pas être tombée malade, si en plus elle devait se dire que tout ceci etait de sa faute...
Peut etre la solitude etait son lot a elle qui avait deja tué sa mère.
Perdue dans ses sombres pensées elle n'entendit pas T'nell se rapprocher et faire demi tour, elle ne senti quasiment pas quand il la prit dans ses bras, la seule chose qu'elle ressentit c'est qu'elle n'etait plus vraiment toute seule, que quelqu'un (qui que ce soit) etait pret d'elle, et elle reussi a se calmer progressivement.
Le mal de tete consecutif a ses pleurs vint achever de la ramener sur Pern. Elle fut etonnée de se retrouver dans les bras du chevalier bronze et se degagea avec douceur. Elle ne pouvait se permettre cela. Elle avait du travail. Elle essaya tant bien que mal de rassembler ses idées mais n'y arriva pas.

Elle se leva doucement, la tête basse et les yeux non plus bleux mais rouges.

Je vais aller chercher quelque chose contre le mal de tête. J'ai encore du travail a faire.
Dit elle en essayant d'avoir l'air serieuse et determinée.
Faites ce que bon vous semble, mais si je ne vous vois pas dans la grande salle lors des repas, j'ordenerais a Arthémis de vous surveiller. Je sais qu'elle m'obeira, elle.

Mais au lieu de s'en aller la dessus, elle resta la, dans la salle, l'air perdue comme si elle ne connaissait plus le chemin a prendre.

Pendant ce temps ZAelth avait fait le tour du bassin pour bien montrer antous qu'elle etait la eine et que personne n'avait le droit de la contrarier comme l'avait fait Mengath. Puis, son complexe de superiorité assouvi, elle s'etait posée dans son Weyr et avait ecouté la conversation entre le bronze et son maitre. Touchée par l'intervention du bronze elle decida de ne plus lui envoyer d'ondes de reprobation et de colere.
Pour la premiere fois, elle s'adressa a lui, meme si c'etait d'un ton sec et autoritaire.

[*Mengath*C'est bon pour cette fois mais ne recommence pas, Erell est a moi !] Claironna t'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 15:48

Profondément soulagé, le Bronze adressa à la Dorée un rugissement retentissent qui, sans vouloir dire grand chose, exprimait assez bien sa gratitude... pour un dragon. Pour un humain de passage, la signification aurait aussi pu être 'j'ai envie d'arracher la tête de quelqu'un', mais passons.

Le Chevalier, pendant ce temps, en étant encore à se répéter indéfiniment 'mais qu'est-ce que j'ai fais' lorsque Erell se dégagea. Par Faranth, il fallait vraiment qu'il se gave de Fellis et fasse une bonne sieste sans penser à rien. Il se retint au dernier moment de gromeler qu'il ne voulait pas de sa 'Arthémis'. En plus, il ne la connaissait pas.
Si ça se trouve, c'était le nom de son chien?

[C'est une Dame Verte.]

... il aurait préféré que ce soit son chien. Les Dames Vertes étaient pires que les Dames Dorées: toujours à vous demander si vous serez à leur Vol Nuptial, si vous ne trouvez pas que leur dragonne ont une belle couleur... pendant son adolescence, T'nell les avait appréciées, mais à présent, s'il se sentait très mal à l'aise avec les Dorées, les Vertes l'insupportaient.
C'était bizarre à dire, mais il préférait vraiment les Chevaliers Verts. Au moins, ils n'essayaient pas désespérément de partager son weyr. Ce qui ne voulait pas dire qu'ils n'en avaient pas envie.

Le pire, pour lui, c'est qu'il ne savait même pas pourquoi il avait pris la jeune femme dans ses bras alors que la logique même le lui interdisait. Que lui arrivait-il pour qu'il fasse se genre de choses spontanément? Encore une fois, il regretta que T'rylin ne soit pas là. Dans ce genre de situation, le jeune Chevalier Vert, appellé par Mengath, aurait débarqué en trombe, poussé quelques cris de sourie sur la trahison de SON cheri, l'aurait choppé par l'oreille pour le traîner dans leur weyr pendant que T'nell aurait fait semblant d'en souffrir. Ensuite, T'rylin et lui auraient parlé de l'incident bien tranquillement.
Faranth, comme il lui manquait!

Il aquiesca silencieusement aux paroles de la Dame du Weyr, ne sachant que faire d'autre. La situation lui avait totalement échappé et il voyait mal comment rattraper le coup. Etait-ce encore possible, d'ailleurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 17:11

Erell quand a elle se reprenait peu a peu. La piece cessait de tourner et ses idées revenaient. Elle n'aurait pas du craquer mais etait tout de meme surmenée en ce moment. Elle faisait a elle seule un travail que 3 personnes auraient trouvé titanesque et qui se faisait traditionnellement a deux.

La fatigue physique, mentale, morale et nerveuse aidant, elle avait craqué mais sa forte constitution repris le dessus.
Malgre la migraine qui lui vrillait les tempes elle decida de ne pas passer par l'infirmerie mais d'aller faire un tour avec Storm pour se degourdir les jambes.

Comme a son habitude elle prevint Zaelth de sa promenade. Ainsi quelquun savait toujours ou elle etait.

L'etreinte de T'nell etait oubliée, disparue dans les limbes de sa memoire. Elle ne l'avait pas considerée comme telle. Dans le brouillard dans lequel elle etait quelques minutes plus tot, il lui semblait que c'etait Lionel qui l'avait consolé.

Elle avait egalement decidé de le laisser faire a sa guise, esperant ue Mnegath avait compris que la colere de Zaelth n'etait rien comparée a celle que le dragon subirait s'il laissait sn maitre deprimer sans la prevenir.

Elle tituba vers la porte, indiferente aux regards curieux des gens autour d'elle. Elle etait plutot appréciée enfin elle le pensait, mais les autres savaient bien qu'elle n'aimait pas montrer ses faiblesses.

Arrivée a la porte, elle s'appuya sur le linteau pour reprendre courage, et balaya la piece du regard.
Allait il y aller en fin de compte ? Elle se serait sentie tellement mieux si elle pouvait avoir la certitude que ce chevalier se soignerait bien et guerirait rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 19:47

[[C'est Mengath, très chère Dame du Weyr ^^ Comme tu n'avais pas précisé qu'Erell reprenait ses dossiers, j'ai fait comme si elle les avait oublié, j'espère que ça dérange pas.]]

T'nell suivait tristement la jeune femme du regard, essayant de chasser cette courte étreinte de sa mémoire. Une cuisinière curieuse, surprise de la tournure des évènements, avait fait tomber une soupière et se faisait à présent réprimander par la remplaçante temporaire de l'Intendante. Quoi? Etait-ce si exceptionnel de voir un Chevalier étreindre une Dame?
Il supposa que c'était uniquement l'identité des deux concernés qui pouvait provoquer pareil émois... ou alors, ce devait être une curiosité dévorante.

Cherchant à éviter encore une fois le regard de la Dame Dorée, l'homme se retourna vers la table. Son regard tomba alors sur les dossiers d'Erell. Les avait-elle oublié? Ou voulait elle juste qu'il les lui ramène plus tard pour qu'il soit obligé de la voir? Il rit intérieurement. C'est qu'il en deviendrait presque paranoïaque!
Il rempila correctement les dossiers et soupira en se levant.
Autant lui ramener tout de suite, tant qu'elle était encore là.

Il remit la paperasse dans le sac qu'elle avait également oublié et s'efforça de ranger le tout sans réussir à froisser quelque chose.
Maintenant que la jeune femme ne lui traînait plus dans les pattes, il semblait avoir récupéré tous ses moyens. Ou presque.

Chargeant le sac sur son épaule, il se dirigea à petite foulées vers Erell dans le but évident de la rattraper avant qu'elle ne soit sortie. Courrir pas trop vite ne lui était pas douloureux et il apprécia de faire marcher de nouveau ses muscles qui, à son goût, n'étaient pas assez sollicités en ce moment.

"Dame du Weyr! Vous avez oublié..."

Il ne finit pas sa phrase car, arrivé près d'elle, il lui tendit directement la sacoche, le souffle un peu court, à la fois de se trouver de nouveau près d'elle et de sa petite course.

"Si vous voulez, je peux les ramener à votre weyr... je ne sais pas si c'est là que vous ailliez mais..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Mer 2 Nov à 21:25

[dsl je suis dyslexique et je confond souvent syllabes ou lettres dans les noms propres. Pour les dossiers tu as bien fait, Erell les avait oubliés!]

Erell jeta un regard au sac remplis qu'elle avait totalement oublié. Decidement elle etait nulle comme Dame du Weyr aujourd'hui. Lorsqu'elle releva les yeux de son sac, le bleu habituellement vif et fiers etaient assombris par une nuance d'excuse.

Elle les rebaissa aussitot. Elle n'aimait pas s'excuser et encore moins se sentir coupable. Elle repris un peu brusquement le sac des mains de T'nell.

Je...je l'avais oublié, merci Chevalier de me le rappeler. Je...je n'allait pas au weyr mais il faut en effet que je les y apporte. C'est...les dossiers a etudier, ceux de...

sa voix se brisa au souvenir de son amie et de son fils. Quelle stupide maladie, tiens elle aurait du y passer elle aussi. Elle murmura, plus pour elle meme que pour le chevalier bronze :

Des fois il est tout de meme plus facile de ne pas survivre a ses proches...

Oh elle ne pensait pas au suicide, mais tout de meme, c'etait dur pour elle de survuvre a ses amis. Et par chance personne de sa famille au fort n'avait ete touché.

Elle se dirigea lentement dans le couloir en direction de son Weyr pour y deposer les dossiers, pas encore tres solide sur ses jambes, mais voulant s'eloigner de cet homme qui l'avait vu si faible.
Elle etait tout de meme assez honnete pour savoir qu'elle lui devait des excuses.
Elle se retourna donc pour le regarder en face et baissa les yeux comme une ecoliere prise en faute.

Je tenais a m'excuser pour mon comportement, ce n'etait pas digne d'une Dame du Weyr, jen suis consciente, mais laissez moi un peu de temps pour me faire a cette idée et cela ira mieux. Je ferias mon possible pour que ce Weyr retrouve sa vitalité d'antan...
Excusez moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Jeu 3 Nov à 23:35

[[C'est pas grave, je connais ^_^ Petit message, j'ai déjà fait mieux, mais c'est la reprise des cours alors...]]

"Je sais."

T'nell en avait assez souffert pour pouvoir le dire sans mentir. Combien de fois, après la mort de son aimée, avait-il souhaité la rejoindre dans l'Interstice? Combien de fois n'avait-il pas voulut s'alimenter uniquement parce que ses crampes d'estomac atténuaient son sentiment de culpabilité?

"Mais si vous avez marqué Zaëlth... c'est que vous pouvez survivre à ça..."

Il n'en dit pas plus, bien conscient qu'il n'était pas le mieux placé pour donner des leçons à ce sujet. Mais il savait aussi que si un Bronze était assez fort pour faire survivre son maître, une Reine, à moins d'être alliénée, devrait pouvoir le faire également.

Le Chevalier se détourna, aussi gêné qu'Erell pouvait l'être. Il ne savait pas vraiment comment partir sans être plus impolis qu'il ne l'avait déjà été. Il ne savait pas s'il devait rester.
Comme d'habitude, il ne savait pas s'il devait fuir ou faire face.

"C'est... de ma faute, Dame du Weyr. J'ai un don pour provoquer des catastrophes. Ce qui est arrivé aujourd'hui... c'est... c'est moi qui..."

[*Zaëlth* Grande Reine, est-ce que vous croyez que si on faisait un gros caprice pour se faire sabler, ils arrêteraient de bégayer et pourraient enfin de quitter sans se sentir ridicules?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Ven 4 Nov à 0:04

[[pas grave. Mais tu veux continuer le top ou le finir j'ai pas bien compris ^_^]]

Zaelth hesita sur la conduite a tenir. Devait elle continuer a ignorer le bronze ? En meme temps Erell n'etait plus fachée contre T'nell et le bronze l'avait appelé "grande reine" et semblait enfin se rappeler qui elle etait.

[*Mengath* Mais si on veut se faire sabler en meme temps alors ils seront toujours ensemble,]nota t'elle. [*Mengath* c'est ce que tu veux ? ]

Erell quand a elle repondit simplement.

Oui, bien sur que je peux, j'ai survecu a pire, mais cela ne signifie pas que ce soit plus facile. Quand a Zaelth, jamais je ne pourrais la mettre en danger de toute facon. Et c'est reciproque. Je ne sais pas si votre dragon vous l'a dit mais elle a un caractere tres affirmé.

Elle releva ses yeux pour voir T'nell baisser les siens.

Je crois que personn n'y est pour rien, j'ai mal agit, j''aurais du faire autrement...
Vous n'avez pas a vous excuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T'nell
Adoptable
avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 29/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Ven 4 Nov à 23:21

[[C'est comme tu veux, mais là les persos s'enfonçaient et j'ai pensé qu'il serait peut être plus logique, dans ce cas, de finir avant que ça parte en répétition totale. La qualité, mieux que la quantité comme on dit!]]

[*Zaëlth* Sauf si vous m'en voulez toujours, honorable Zaëlth] conclut le Bronze d'une petite voix plaintive. Aucun Chevalier ne serait assez fou pour laisser son dragon à proximité d'une Reine frustrée.
Mengath, lui, était assez intelligent pour comprendre que la Reine qui le concernait aimait la déférence et le respect. [*Zaëlth* Ou alors, l'un de nous seulement peut faire son caprice.]

Alors que le dragon commençait à être de nouveau à l'aise, le Chevalier, lui, se demandait s'il ne serait pas bon que Mengath l'appelle réellement. Habituellement, il aurait déjà été très mal à l'aise avec cette situation. Après l'épidémie, il était assez fatigué pour qu'elle mette ses nerfs à vif. Par moment, il avait envie d'attraper la jeune femme, de la broyer dans ses bras en dévorant sa bouche de sa sienne. Il n'en fallait pas plus pour qu'il ai immédiatement, par un instinct d'autoconservation destructeur qu'il s'inposait, envie de prendre le large. Pour se sentir ensuite coupable de blesser Erell, gêné et de nouveau, il se retrouvait à la désirer.
C'était tout bonnement pire que L'Interstice.

[Zäelth volera bientôt.]

T'nell se raidit aux insinuations de son dragon. Comme quoi il pourrait l'avoir.
L'avoir même maintenant s'il décidait de balancer deuil et mémoire, de profiter de sa peine pour la réconforter d'une manière fort peu délicate.
Sauf qu'il ne le ferait pas. Il ne trahirait pas sa compagne. Et il ne permettrait certainement pas à son Bronze de poursuivre la Dorée.

"Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais... j'aimerais me retirer, s'il vous plait..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erell
Dame du Weyr
Dame du Weyr
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   Ven 4 Nov à 23:37

[Yep, j'ai ouvert assez de topics pour qu'on aie pas de soucis de ce coté la, je conclue et je verrouille ^_^)

Zaelth n'etait pas dupe des manipulations du bronze. Ce qu'un bronze pouvait imaginer, une reine pouvait aiesement le concevoir.
[*Mengath* Je vais faire un caprice, toi fait ce que tu veux !]

[J'ai une crete qui me demange. J'aimerais prendre un bain pour montrer a tous comme je suis belle ! Je suis la plus belle reine du Weyr, et ils divent m'obeir. Je ne veux pas que d'autres se croient assez forts pour passer outre a mon autorité.]


(Oui Zaelth, si tu veux, cela me fera du bien a moi aussi, va au lac, je te rejoins)

Erell, quand a elle decida tout bonnement de laisser tomber tout cela. Ils ne pouvaient se sortir de cette impasse qu'en etant franc, elle decida alors de l'etre.

Zaelth me demande de la laver, je crois qu'elle veut montrer a votre bronze qu'elle est reine et surtout que je lui appartiens. J'ai bien peur qu'elle aie mal prit le fait qu'il se soit adressé directement a moi...

Je suis désolée de vous quitter si brusquement Chevalier.


Elle lui fit un grand sourire, ses yeux bleus vifs petillant du bonheur de passer un peu de temps avec sa Zaelth et d'un signe de tete, signifia son congé a son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les joies de la convalescence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les joies de la convalescence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les joies du Jardinage [Selenda]
» « L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines. » [Livre II - Terminé]
» Les joies de la maternité ! ?
» Il n'y as pas que des joies
» Duel en duo...pour la joie des foules.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weyr de Kyr'naël :: Weyr :: Cavernes intermédiaires :: Grande Salle-
Sauter vers: