le Weyr des nomades de l'ouest
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 entre chien et loup...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Saraelle
Dame Saraelle
Dame Saraelle
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Au Fort principal
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: entre chien et loup...   Sam 2 Déc à 19:31

[ouvert à qui veut ! ]

C'était le soir.
L'air était humide, encore imbibé de la bruine qui s'était déversée sur le Weyr durant toute la journée sans discontinuer. On était entre chien et loup; Rukbat avait disparu depuis un moment derrière l'horizon, déjà. D'énormes nuages sombres s'étiraient au dessus du village du fort, inquiétants porteurs de la nuit, tels d'énormes serpents bleu-noir.
Dans les ruelles du petit village, on n'y voyait déjà plus grand chose. Les quelques lanternes qui éclairaient l'espace entre les maisons serrées paraissaient comme des lucioles égarées au milieu de tant d'obscurité, leur douce lueur parvenait à peine à s'étendre sur quelques mètres.
Une silouhette fine et sombre de coulait entre elles, enveloppée d'un grand manteau terne. Elle marchait d'un pas rapide, louvoyant entre les flaques d'eau, et malgré le vêtement qui cachait chaque partie du corps, on dénotait une grâce et une élégance tout à fait incongrues en ces lieux dans la démarche de la personne.
La silhouette arriva à un embranchement; sans aucune hésitation elle s'engagea dans la ruelle de droite, aussi sinueuse et étroite qu'une vipère. Elle marcha un moment ainsi, puis s'arrêta devant une maison qui semblait étouffer, coincée entre deux autres baraques. L'ombre semblait être arrivée à destination. Elle tourna furtivement sa tête encapuchonée à droite, puis à gauche, et enfin frappa discrètement quelques coups à une porte de bois usée par les intempéries.
La porte s'ouvrit, et une vieille femme apparut, un air soupçonneux collé sur son visage ridé, boursouflé et tordu par une impression omniprésente de malveillance.
Saraelle ôta son capuchon. Ses traits fins et délicats étaient impassibles, ses yeux verts indéchiffrables.
La vieille mégère sembla rassurée. Elle murmura quelque chose, ce à quoi Saraelle répondit d'un ton sec. Une petite fiole noire apparut dans la main de la veillarde, qui disparut presque aussitôt, avalée par l'ample manteau de la Dame du Fort. Celle-ci prononça encore deux ou trois mots d'un ton froid et menaçant, puis rabattut sa capuche et rebroussa prestement chemin, sous le regard vicieux de la sorcière qui finit par refermer sa porte.
Saraelle marchait d'un pas bien plus vif à présent. Seul autre témoin de son anxiété, une fine gouttelette de sueur coulait le long de ses cheveux tirés en arrière. Tout allait bien. Personne n'avait été témoin de l'échange. Elle n'avait plus qu'à rentrer discrètement au Fort, comme elle en était sortie, et personne ne se rendrait compte de rien. Tout allait bien.
Au moment précis où elle se répétait cette dernière phrase, arrivée à une bifurquation entre deux ruelles, la Dame percuta brutalement une autre personne. Sous le choc, la jeune femme fut bousculée en arrière.
Le capuchon de Saraelle glissa, et son visage d'un blanc nacré apparut nettement dans la pénombre baignée de lune, ses yeux verts brillants d'un éclat surnaturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar'tlam
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Jeu 7 Déc à 22:52

Ar’tlam en eut le souffle coupé, tant le choc fut violent. Si lui réussit un peu près à rester sur ses jambes, la personne qu’il venait de percuter de plein fouet elle gisait à terre.
D’une beauté presque irréelle, la Dame du Fort se trouvait dans une position pour la moins étrange : D’habitude c’était ses loyaux sujets qui s’étendaient au sol juste devant elle !
Le chevalier dragon tendit une main secourable, le visage blême presque aussi blanc que celui de la femme.

Ce qu’il faisait dans ces rues à une heure pareil ? Lui même n’en savait trop rien. Peut être avait il seulement envie de réfléchir, de se retrouver seul. A vrai dire cela faisait maintenant plusieurs heures qu’il errait sans destination particulière. Son esprit vagabondait d’ailleurs très loin du Fort, et lorsqu'il avait vu dans la penombre cette silouhette encapuchonnée s'emparer d'un mysterieux flacon, il n'avait pas bougé d'un pouce.

Balbutiant quelques mots incompréhensibles, le pauvre homme ne savait que faire. Emmitouflé dans une lourde cape noir, on ne voyait pas son visage, si ce n’est ses yeux intensément clairs, qui brillaient presque autant que ceux de la femme.

Sa première pensée lorsqu’il eut croisé le regard de Saraelle, était que sa beauté s’approchait de près à ce qu’on lui avait déjà dit. Après et seulement après il se demanda pour quelle raison la femme se trouvait dans les rues aussi peu famés que celle ou ils se trouvaient, et cela à une heure aussi tardive.

"Veuillez bien m'excuser ma noble Dame, je ne vous avais à dire vrai point vu!"

Il lui lança un regard apeuré, se demandant si elle allait se mettre en colère. on disait de Saraelle qu'elle était cruelle et cupide, et de se trouver face à une antité aussi importe que cette dernière l'effrayait atrocement.


Dernière édition par le Sam 30 Déc à 19:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saraelle
Dame Saraelle
Dame Saraelle
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Au Fort principal
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Dim 17 Déc à 21:26

Saraelle, à terre, était complètement sonnée.
Le choc n’avait pas été très important, mais ces derniers temps un rien suffisait à lui occasionner des vertiges. Ses paupières papillonnèrent un moment, et elle attendit que toutes les étoiles aient disparu de devant ses yeux avant de relever la tête, l’esprit embrouillé.
Elle vit la main tendu du jeune homme, et, sans réfléchir d’aucune façon, elle la saisit et s’y appuya de tout son poids pour se relever, tant elle était peu sûre de son équilibre.
Une fois debout, elle vacilla un moment, incertaine, puis, à ce moment-là seulement, regarda l’homme.
Il était, comme elle, coiffé d’un capuchon. Elle ne voyait que ses yeux clairs. Mais…
Paniquée, Saraelle porta la main à sa tête. Sa capuche ! Avec des gestes frénétiques, elle ramena sa cape sur son visage, mais il était trop tard. Il l’avait vue, et il l’avait reconnue, elle en était certaine.
De fureur, elle sentit comme une brûlure dans sa poitrine. Furieuse, elle l’était contre elle-même, mais surtout contre lui, témoin involontaire, certes, mais témoin tout de même de sa présence ici ! Son regard était luisant de colère contenueet bouillonnante.

Vous… je vous… vous ne…

Incapable d’articuler une phrase correcte, la Dame posa une main sur le mur et tenta de reprendre sa respiration affolée. Allons, tout n’était peut être pas perdu. Il n’avait rien vu de la transaction. Du moins, elle l’espérait… Il ne fallait pas que l’on sache… surtout pas maintenant, alors que… !
Saraelle ferma les yeux, puis les rouvrit. Allons, elle était Dame du Fort. Elle avait toujours intrigué, et n’avait jamais été que soupçonnée. Aucune raison que cela change. Et de toute façon, elle avait toujours su s’occuper des témoins gênants.
La jeune femme se composa un sourire qui détonait complètement dans cette ambiance, comme s’il n’était pas vraiment à sa place. Elle parla d’une vois douce et chantante.

Ce n’est rien, c’est de ma faute, je ne regardais pas devant moi. Je vous prie de m’excuser…

Dans le doute, mieux valait faire dos rond.

Mais il me semble… nous sommes-nous déjà vus quelque part ?

Avec sa cape, elle ne pouvait voir ni les vêtements ni l’allure du jeune homme. Pourtant, ce regard clair, craintif, presque suppliant, lui rappelait vaguement quelque chose… De plus, sa réponse lui permettrait de savoir si oui ou non il l’avait vraiment reconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar'tlam
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Sam 30 Déc à 19:51

Ar’tlam observa d’un œil inquiet la Dame du Fort vaciller quelques secondes avant de reprendre ses esprits. Pourquoi diable restait elle seule dans des rues aussi peu recommandées ? Elle avait l’air si fragile, si frêle !
Se retrouver seul face à une personne aussi importante que Dame Saraelle lui faisait tout chaud et en même temps l’effrayait quelque peu. :
On lui avait toujours recommandé de se méfier de la jeune femme, elle pouvait se montrer très lunatique ! Pourtant elle se montra très polie à son égard, ce qu l’étonna tout d’abord.
Il allait répondre lorsqu’une voix fit irruption dans son esprit.

*[Alors gamin tout se passe bien !? Te voila encore en train de fricoter avec une jeune femme !?]*


*Tais toi, c’est la Dame du Fort je te signale !*

*[J’ai remarqué crétin ! Tu n’es pas obligé de tout prendre au premier degré !]*

Quel imbécile cet Erjaïth ! Il n’était pas sensé le deviner non plus ! De plus, il l’interrompait dans une conversation avec sa Dame !
Ar’tlam rompit quelques instants la conversation mentale avec son dragon, pour déclarer d’une voix peu assurée :

« C’est à moi de m’excuser Ma Dame, je n’étais pas très attentif ! J’espère ne pas vous avoir fait mal, vous paraissez souffrante. … »


Saraelle scrutait de ses yeux de jade son visage encore caché. Le jeune homme frissonna des pieds à la tête. Les regards de la jeune femme semblait sonder ses pensées, et sa beauté était telle qu’Ar’tlam avait grand mal à garder son sang froid. Son cœur battait à tout rompre et ça, son dragon l’avait bien senti !

*[Hé oh ? Va falloir te ranimer bientôt ou quoi ?]*

*Chuuut !!*

Puis, il ôta sa capuche, laissant entrevoir son visage éclairé par la pale lueur de la lune. Il paraissait d’autant plus blanc que d’accoutumé, puisque faiblement éclairé.
Il clama d’une voix qui se voulait assurée :

« C’est en effet le cas. Je suis un des chevaliers bronze du Weyr de Kyrnaël… Bien que nous ne nous sommes jamais parlé, je vous ai entraperçue de nombreuses fois lors de banquets… »


Il fit une légère réverance tout en déclarant:

"Ar'tlam pour vous servir."

*[Tu n'as cas ramper devant elle pendant que tu y es!]*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saraelle
Dame Saraelle
Dame Saraelle
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Au Fort principal
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Jeu 11 Jan à 20:57

Saraelle haussa un sourcil. Le jeune homme semblait tout à coup comme absent. Son regard s’était fait vitreux, et il avait gardé la bouche légèrement entrouverte, comme… comme… elle avait déjà vu cette attitude, elle en était bien certaine, mais ne parvenait pas à retrouver où dans son esprit encore très embrumé.
« Ma Dame »… fort bien, à présent au moins elle était fixée ; il l’avait reconnue. Une ombre passa sur le visage de la jeune femme, puis alla s’évanouir dans un autre de ses étranges sourires.

C’est fort aimable de vous inquiéter de ma santé, dit-elle doucement. Il est vrai que je ressens quelque faiblesse ces temps-ci, mais il n’y a absolument pas de quoi s’en inquiéter, je vous remercie.

Un voile couvrit à nouveau le regard de l’inconnu pendant quelques secondes, laissant la Dame si frustrée qu’on le voyait presque dans ses yeux. Bon sang, ce visage pâle, ce comportement, elle les avait déjà vu… impossible de se souvenir !…
Le jeune homme montra alors totalement son visage, et se décida enfin à décliner son identité. Saraelle soupira de satisfaction. Evidemment, un chevalier dragon. Elle l’avait forcément croisé au Weyr, et elle côtoyait assez souvent les chevaliers pour reconnaître les signes d’une conversation télépathique avec un dragon.
La jeune femme se passa une main sur le front, inquiète des trous de mémoire que lui occasionnait sa perpétuelle fatigue en ce moment. Il ne s’agissait pas de faire une erreur, si près du but !…

Oh… bien sûr, un chevalier dragon. Je vous prie de m’excuser, Art’lam, mais je suis si fatiguée ces temps-ci…

Elle soupira d’un air exagérément accablé, pensant qu’elle pouvait surjouer ses émotion sans crainte avec ce genre d’interlocuteur. Puis elle sourit à nouveau.

Je vois que vous m’avez reconnue, et… je suppose que vous vous demandez ce que l’épouse du Seigneur fait au début de la nuit dans les bas-fonds vu village du Fort…

Saraelle éclata d’un doux rire clair qui résonna dans la ruelle déserte, comme si elle-même trouvait cette idée ridicule.
La jeune femme hésita un moment. Son esprit n’étant pas des plus clair, elle avait du mal à trouver un alibi plausible, alors qu’habituellement il ne lui aurait fallu que quelques secondes pour convaincre le garçon au point qu’il aurait mis sa main au feu qu’elle disait la vérité. Finalement, elle opta pour la solution la plus sûre.

Ecoutez, dit-elle dans un murmure, le visage soudain grave et sérieux, posant sa main blanche et froide sur le bras du chevaliez. Personne ne doit savoir que je suis venue ici ce soir. Personne… surtout pas !

Son air épouvanté à cette idée n’était qu’à moitié feint.

Je ne peux rien vous dire, poursuivit-elle dans son inquiétant murmure, c’est si grave que je n’ose en parler, moi qui n’ai même plus confiance en moi-même… Tout ce que je peux vous assurer, c’est que… cela concerne une question de vie ou de mort… pour des personnes très haut placées…

Et le mieux (ou le pire, cela dépendait d’où l’on se plaçait) c’est que c’était vrai.

Vous accepteriez de garder mon secret? demanda-t-elle avec un regard qu'elle réussit à rendre suppliant, intense apeuré et plein d'espoir. C'était bien parce qu'elle était fatiguée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar'tlam
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Mar 30 Jan à 22:00

Ar’tlam hochait de la tête. Il comprenait tout à fait que la Dame aille mal, avec ce froid mordant il était tout à fait normal qu’avec une santé aussi fragile que la sienne (c’est en tout cas ce qu’il supposait !) qu’elle ne soit pas en grande forme !
Il répondit poliment

« J’espère ô ma Dame que ce vertige va passer. Si vous voulez vous appuyer sur mon épaule cela ne me dérange pas ! »


*[Oh ! Ta générosité me touche !]*

*Chut !*

Après avoir chassé de sa pensée son dragon qui se montrait de plus en plus irrité, le jeune homme essayait de se concentrer sur ce qu’il se passait. Pour une raison qui lui échappait, la femme paraissait troublée, comme effrayé par quelque chose ou quelqu’un.
Ar’tlam ne pouvait bouger d’un pouce tant il était fasciné par la beauté de Saraelle, rendue presque surnaturelle par la douce lueur de la lune.
Lorsqu’elle s’excusa, il répondit presque aussitôt :

« Je vous en prie ! J’aurais du décliner mon identité dans l’instant ! Excusez mon manque de politesse, j’ai tout simplement été surprit. »

La femme tenta alors de justifier sa présence. Ou plutôt de lui demander fermement de ne rien dire à personne. Abasourdi, Ar’tlam balbutia quelques mots incompréhensible avant de dire :

« Je…bien sur…bien sur ! Vous pouvez compter sur moi Ma dame ! »

Erjaith en profita pour s’infiltrer de force dans ses pensées :

*[Hop hop hop mollasson, fais gaffe, quelque chose me dit que cette femme n’est pas digne de confiance !]*


*Comment peux tu dire ça ! Elle est perdue, elle est allé se fourrer dans un guêpier qui la dépasse !*

*[Si tu le dis … mais fais attention tout de même, on ne sais jamais, ne fais pas d’actes inconsidérés qui pourrait te fourrer toi-même dans le pétrin !…]*

Sans prendre en compte les mises en garde de son dragon, il s’écria :

« Si vous voulez ma Dame, je peux vous aider ! Je me ferais une joie de vous assister et de vous offrir mes services ! »

*[…c’est exactement le genre d’actes inconsidérés que je te demandais d’éviter !]*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saraelle
Dame Saraelle
Dame Saraelle
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Au Fort principal
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Sam 10 Fév à 1:16

Saraelle sourit doucement devant la sollicitude exagérée, mais rassurante, du jeune homme.

Je vous remercie, chevalier…

C’était agréable de voir que l’on s’inquiétait autant pour elle ! Au château, les personnes qui la côtoyaient quotidiennement ne s’émouvaient plus depuis bien longtemps de ses humeurs et de ses caprices. Sa nouvelle servante, Kajila, lui avait prêté attention pendant un moment, mais les deux jeunes femmes s’étaient lassées l’une de l’autre. Saraelle n’était pas mécontente de trouver un autre jouet, un autre larbin prêt à exaucer le moindre de ses désirs- et avec le sourire !
D’ailleurs l’empressement d’Art’lam à s’excuser pour tout prétexte était vraiment agréable à entendre pour elle.
Toutefois, même si le chevalier dragon avait l’air assez, disons… facile à convaincre, Saraelle n’était pas tout à fait sûre de la conduite à tenir avec lui. Le simple fait qu’il l’aie vue ici était dangereux !
A la limite, elle aurait pu, comme souvent auparavant, s’en faire un amant pour s’assurer son silence (les châtiments que Falkir réservait aux insolents qui venaient importuner sa Dame étaient tout sauf cléments) ; mais celui-là avait vraiment l’air trop fervent d’admiration pour oser la toucher. Sans compter que ce n’était guère le moment pour elle d’avoir une liaison, alors que son corps commençait à se transformer.
Que faire alors ? Il semblait sincère quand il disait qu’il ne dirait rien, et pourtant, la jeune femme n’était pas tranquille. Elle avait appris dès son plus jeune âge à ne se fier qu’à elle-même.

Vous ne pouvez pas savoir comme c’est important pour moi… et pas seulem…

A ce moment là, Saraelle aperçut un petit flacon au pied du jeune homme. La Dame devint plus blanche encore si c’était possible. La bouteille de poison ! Elle avait dû la laisser s’échapper alors qu’elle était tombée ! Les yeux affolés de la jeune femme allaient du visage du jeune homme à ses pieds. S’il voyait le flacon, elle était perdue ! N’importe quel imbécile était capable d’identifier un flacon d’arsenic !
Puis soudain, la jeune femme eut une idée. Un merveilleuse idée qui manque de peu de la faire sourire ouvertement de toutes ses dents ! Choisissant très vite d’agir, Saraelle s’effondra devant le chevalier dragon, comme si elle était victime d’un malaise. Tombant sur les genoux, à ses pieds, elle subtilisa d’un geste vif le flacon et le fit disparaître dans sa manche, en espérant de toutes ses forces que le jeune homme n’en avait rien vu.

Je vous prie de m'excuser, dit-elle d'une voix si basse qu'on avait peine à l'entendre. Un simple malaise...
Puis elle s’agrippa à ses bras pour se relever, et murmura, le visage toujours pâle comme la mort :

Ecoutez… loin de moi l’idée de vous manquer de respect, mais vous êtes la dernière personne, Art’lam, à qui je m’attendais à dire … ce que je vais vous dire… vous serez le premier… à savoir… comme le sort est étrange, parfois, n’est-ce pas ?

La Dame rit nerveusement, l’air sincèrement effrayé et maladif. Voilà, c’était parfait ; à présent, Art’lam ne pourrait plus mettre en doute ce qu’elle allait lui dire (et pour une fois, pourtant, ses soupçons auraient été injustifiés).

Je suis enceinte.

Consciente de l’effet que cela allait produire sur le jeune homme, et ravie de sa machination elle s’appliqua à conserver un visage de circonstance et poursuivit en baissant les yeux :

Depuis trois mois à présent. Je n’en suis sûre que depuis peu, et mon époux n’est pas encore au courant. Or il se trouve que… un certain nombre d’indices récurrents… de solides preuves… il ne peut y avoir l’ombre d’un doute… je le sais…

Relevant la tête, elle ancra ses yeux de glace dans ceux du chevalier.

Quelqu’un veut attenter à la vie de mon futur enfant.

Silence.

Ne me demandez rien de plus, je ne peux plus rien vous dire, vous en savez déjà bien trop... Vous comprenez, à présent… je… je ne sais guère pourquoi mais… j’ai confiance en vous… de plus, vous me proposez votre aide... c’est pour cela que je vous ai raconté tout cela… alors…

Saraelle le regarda droit dans les yeux, parlant d’une façon presque inaudible, suppliante.

Accepteriez-vous de nous protéger, moi et mon enfant ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar'tlam
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Ven 16 Fév à 13:40

Art’lam se laissait bercé par les paroles douces et entêtantes de sa Dame. La détresse lui allait si bien, elle paraissait si fragile à la recherche d’une main secourable ! Bien sur, le chevalier n’ignorait pas son mariage avec le sage Falkir, mais tout le monde savait qu’il s’agissait là d’une union arrangée, et qu’ils n’éprouvaient aucuns sentiments l’un pour l’autre.

Le jeune homme reprit ses esprits lorsque la femme s’interrompit. Une expression d’horreur alla déformer son si beau visage, et Art’lam suivit son regard, pour aller poser ses yeux sur le flacon qui se trouvait au sol. Même l’acte si bien mené de la femme ne suffit pas à rattraper son erreur. Le mal était fait, et même si le garçon était parfois naïf, il n’en était pas pour autant idiot ! Il fronça les sourcils une fraction de seconde avant d’interroger mentalement Erjaïth.

*Tu as bien vu comme moi ?*

*[Pas de doute, cette femme est dangereuses ! Ne te lie pas de quelque façon qu’il soit à elle !]*


Ar’tlam allait répliquer lorsque Saraelle l’agrippa avec ardeur. L’homme eut alors un mouvement de révulsion. Il s’écria avec force :

« Ne me touchez pas ! » puis recula d’un pas en arrière, le visage décomposé. Art’lam avait toujours été dans le genre hypocondriaque. Les microbes lui faisaient peur, le simple mot maladie lui donnait des nausées ! Savoir que saraelle était malade lui suffisait à la trouver en cet instant abjecte, quelque soit l’intensité de sa beauté.
Il bredouilla alors :

« Je…je suis désolé…c’est juste que…vous êtes malade et … »

Le chevalier fit une révérence à une vitesse surprenante, perdant un peu son équilibre lorsqu’il se remit debout.

« Veuillez accepté mes excuses pour cet incident madame…je me suis mal comporté. »


Puis la femme lui apprit une nouvelle. Une atroce nouvelle aux yeux du jeune homme. Saraelle était enceinte.
Rien que d’imaginer cette femme si belle et parfaite, changer une vitesse folle, déformée par sa grossesse, la fatigue et les nausées quotidiennes atteignant sa sublime beauté, voila de quoi se trouver perturbé ! La femme qui se trouvait devant lui paru en cet instant bien futile, bien laide même. Se faire engrosser de la sorte alors qu’elle avait déjà un fils, mais quelle idée absurde ! Se serait elle entiché de son mari entre temps ? serait-ce lui qui l’obligerait à honorer sa couche ?
Art’lam ne savait plus trop quoi penser, mais finit par articuler d’une voix neutre :

« Je m’engage, moi Art’lam chevalier bronze du Weyr de Kyr’nael de vous protéger, vous et votre enfant et cela même si de nombreuses menaces menaceront ma propre vie. »

Puis, scellant son pacte, il s’inclina solennellement, avant d’aider la jeune femme à se relever. Il ne savait plus trop pourquoi il avait accepté la requête de la Dame. Bizarrement, cette ivresse qui le grisait depuis le début de cette rencontre ne le touchait à présent plus. Il réfléchissait alors comme chevalier dragon. Sa Dame avait besoin de son aide, et c’est avec courage et dignité qu’il s’en acquitterait…quelque en soit le prix !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saraelle
Dame Saraelle
Dame Saraelle
avatar

Nombre de messages : 22
Localisation : Au Fort principal
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Sam 3 Mar à 1:13

Saraelle resta tout d’abord interloquée devant la réaction du chevalier dragon. Pourquoi donc l’avait-il repoussée ? Tout fonctionnait si bien jusqu’à présent, il avait cru ses moindres mots, était tombé dans chacun de ses pièges… Avait-il vu le flacon ? L’avait-il percée à jour ? Avait-il compris qu’elle faisait semblant ? Et même si c’était le cas, en quoi cela justifiait-il un tel acte ?
Même lorsqu’il s’excusa, elle ne compris pas la raison d’un tel comportement. Malade ? Et même si elle l’était effectivement, était-ce un motif pour la bousculer aussi violemment comme si… comme si elle était la dernière des paysannes ! « ne me touchez pas »… c’était ce qu’on disait aux mendiants qui s’accrochaient à votre beau manteau, pas à elle ! Elle, Saraelle, Dame du Fort !...
Dans un second temps, la Dame se mit donc dans une affreuse colère, aussi froide que meurtrière. Comment osait-il la traiter ainsi, ce misérable ? Elle était Dame du Fort, épouse du Seigneur régnant, première femme du Weyr ! On ne la traitait pas ainsi ! On lui devait obéissance, et par-dessus tout respect !
Ce qui l’horripilait par-dessus-tout, c’était qu’Art’lam l’ait repoussée alors qu’elle s’était montrée dans un état de faiblesse. Même si ce n’était bien évidemment que pure comédie, il venait de lui faire subir une horrible humiliation ! Comment, elle lui faisait l’honneur de lui demander son aide, de le supplier, et lui la repoussait parce qu’elle était malade ? Sur son honneur, il paierait cet affront, dans le sang s’il le fallait, mais il le paierait !
Pour le moment, Saraelle se contenta de se murer dans une dignité froide et distante. Toujours à terre, elle ne bougea plus, les lèvres serrées, la nuque raide, ses yeux clairs assombris, telle une statue menaçante.
Elle écouta sans mot dire l’engagement du chevalier. Puis elle accepta son aide pour se relever, le toisa gravement, des éclairs de fureur dansant dans ses yeux et laissa planer un silence tendu.
Son visage ne laissait plus transparaître aucune des émotions qu’elle montrait quelques instants plus tôt ; ses traits étaient figés dans une expression de dignité hautaine. Si on la regardait attentivement, on pouvait tout de même voir qu’elle avait la mâchoire crispée et les jointures translucides à force de serrer les poings.

Fort bien, prononça-t-elle d’une voix lente et grave, distante. Vous m’avez donné votre parole, chevalier, vous ne pourrez la reprendre. A compter de cette heure, vous passez donc à mon service. Vous devrez obéir sans hésitation au moindre de mes ordres et cela, comme vous venez de le dire, au mépris des risques pour vous.

Elle le fixa de ses yeux durs, deux opales à l’éclat blessant.

Je vous ordonne donc de ne révéler à personne notre pacte, ainsi que tout ce que vous avez pu voir ou constater ce soir à partir du moment où nous nous sommes croisés. Il y va de ma… de notre sécurité.

Après tout, elle avait eu ce qu’elle voulait. Un homme de main qui lui resterait fidèle en toute circonstance. Et pourtant cette impression de puissance, de supériorité l’avait quittée. Elle se sentait trahie, et elle ressentait plus que jamais sa faible nature de femme.

Je vais bientôt annoncer à mon époux que je lui donnerai un deuxième enfant. A partir de ce moment, vous devrez enquêter pour connaître l’identité de ceux qui seraient tentés de supprimer un autre prétendant au titre de Seigneur du Fort… et de les mettre hors d’état de nuire. Est-ce bien clair ?

Dans un élan incompréhensible, elle ajouta :

Dans tous les cas… je vous remercie de ce que vous faites pour moi, chevalier. Ramenez-moi au Fort, à présent, je vous prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar'tlam
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: Re: entre chien et loup...   Dim 25 Mar à 15:20

*[Bravo Mollasson….du t’es attiré des ennuis jusqu’au cou ! J’espère que tu en es fier….]*

Le jeune homme ne prit pas la peine de répondre à son dragon. Il était aussi grave que la Dame qui lui faisait face, ses yeux gris brillant d’un éclat presque éteint. Pour le moment il n’avait pas vraiment encore prit conscience de ce qu’il venait de faire. Il ne savait pas non plus comment il allait s’y prendre, avec son travail au Weyr.
Les chevaliers sont pas sensés être au service du Fort aussi clandestinement, ou en tout cas pas sans l’accord du chef de Weyr….
Mais il n’avait pas peur. Tout du moins pour le moment ! AU pire il pourrait demander de l’aide à son cher frère !

*[Parce que tu crois en plus qu’il bougerait un petit doigt pour t’aider ?]*


*Tu ne connais pas D’jail. Il tient à moi même si il ne le montre guère. Il pourra m’apporter assistance.*

*[Ca c’est ce que tu penses]*

Il rompit une nouvelle fois le contact avec son dragon, qui commençait vraiment à l’agacer.
Saraelle lui fit alors promettre de ne rien raconter de cette sale affaire. Le chevalier dragon baissa un peu la tête avant de décréter d’une voix neutre :

« N’ayez crainte ma Dame. Vos secrets seront bien garder, je crois vous avoir assurer de ma fidélité. Il en va de même pour la protection que je vous offrirais. »

Puis lorsque la femme lui assigna sa première mission il se raidit. Avant de dire, plus détendu :

« Je m’y engage Ma Dame. »

Puis il fit de nous un mouvement de tête. Il ne comptait tuer personne. Mettre hors d’état de nuire n’incluait pas seulement l’assassinat. Il trouverait bien en temps venu ! Et peut être que Saraelle se faisait des idées lorsqu’elle s’assurait en danger elle et son enfant.
Puis il s’inclina lorsque la femme le remercia :

« Je n’ai fais que mon devoir. …Maintenant suivez moi. »

Puis il sortit des dédales des petites rues. Quelques minutes plus tard, Erjaïth pouvait atterrir sur la place ou ils l’attendaient, et les deux personnes purent rentrer au Fort par le bais de l’interstice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: entre chien et loup...   

Revenir en haut Aller en bas
 
entre chien et loup...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre chien et loup [Combat Liana vs Sven]
» Entre chien et Humain [Autumn]
» Entre chien et loup [Livre II - Terminé]
» Entre chien et loup.
» Entre chien et loup ? Le meilleur moment de la journée ! [Feat Kodaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weyr de Kyr'naël :: Fort principal :: Village du Fort :: Ruelles-
Sauter vers: