le Weyr des nomades de l'ouest
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 D'jail, chevalier bronze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
D'jail
Chevalier Bronze
Chevalier Bronze
avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: D'jail, chevalier bronze   Lun 19 Juin à 20:26

Physique

Nom (entier et élidé) :Darjail, devenu D’jail après l’empreinte.

Age : 24 révolutions.

Taille : 1m79

Poids : 77 kilos

Couleur et coupe de cheveux : D’jail possède une longue chevelure couleur de nuit, qui lui tombe au milieu du dos en mèches irrégulières. Certaines plus courtes encadrent son visage fin et pâle, il a d’ailleurs l’habitude de les rejeter en arrière par un mouvement de la tête lorsqu’elle lui tombent –souvent- devant les yeux (ce qu’il croit être très élégant). Il les attache donc souvent.

Couleur des yeux : le jeune homme possède de petits yeux d’une couleur indéfinissable, oscillant entre le gris d’un ciel orageux et le vert d’une pierre de jade. D’jail a souvent les yeux à demi fermés, ses paupières et ses cils d’ébène dissimulant l’expression de son regard. Il faut vraiment qu’une grande émotion le perturbe pour qu’il écarquille les yeux. Quiconque croise son regard sait qu’il n’a pas affaire à un faible ou à un timide.

Type de peau : Sa peau, lisse et ferme, est d’une blancheur presque cadavérique, en total contraste avec ses cheveux couleur de ténèbres. Bizarrement, il a toujours été aussi blanc de peau, malgré les rayons de Rukbat auquel il a toujours été exposé.

Autres détails : D’jail est assez grand, et presque maigre. Tout fait de muscles et de nerfs, il veille seulement à ne pas paraître ridicule, il déteste en effet qu’on ne le prenne pas au sérieux. Il est par contre toujours extrêmement bien habillé, comme tout héritier de riche famille qui se respecte. De sa famille, il a encore hérité ses traits fins, ses sourcils arqués, ses fines lèvres serrées.
Sa démarche est altière, bien que brutale. Ce qu’on remarque tout de suite chez lui, c’est son charisme : il sait s’imposer. Son regard perçant inspire généralement la méfiance, et à raison…
Cette première impression, c’est presque la seule chose qui permet de distinguer D’jail de son frère jumeau, Ar’tlam. Ils se ressemblent absolument en tous points, chacun étant le vivant miroir de l’autre, à un détail près : une fine cicatrice, héritée d’un combat, qui sillonne la jambe gauche de D’jail.

Mental

Passions : D’jail adore se battre, bien qu’il n’en ait que rarement l’occasion. Il aime beaucoup affirmer sa supériorité en mesurant ses talents guerriers face à des adversaires à sa mesure. C’est un homme qui en vient très facilement aux mains, et c’est loin d’être un mauvais combattant : il est donc fortement déconseillé de l’offenser ou de le mettre en colère de quelque manière que ce soit.


Loisirs : D’jail passe le plus souvent son temps libre à la forge, où il aime créer de nouvelles armes pour son usage personnel. Ses autres passe-temps sont beaucoup plus légers : faire briller les écailles de son dragon Marayath (ils adorent ça tous les deux), se promener à dos de coureurs avec Ar’tlam, s’entraîner au combat à mains nues ou avec des armes.

Habitudes : D’jail se lève souvent très tôt le matin, parfois même avant le lever de Rukbat. Ensuite, il va courir pendant environ deux heures, fait quelques exercices d’assouplissement et de musculation, puis rentre se laver et parfois va faire le tour du weyr avec son frère.

Phobies : La plus grande phobie de D’jail est sans conteste d’être battu, humilié, ridiculisé. Pour lui, il est extrêmement important de s’affirmer là où il vit. Son éducation en tant que jeune hériter de bonne famille et son influence manifeste sur son frère jumeau ne sont sûrement pas étrangers à son orgueil…

Caractère général : D’jail est un jeune homme très dur, vaniteux, méprisant, aggressif. Sa nature violente et combattive le rend très antipathique aux yeux des autres. Il aime être craint, et même obéit si possible. Parfois cruel, il n’éprouve que très rarement de la compassion, et ne pense le plus souvent qu’à son propre profit. Il ne fait jamais rien gratuitement, et ses cadeaux sont à redouter plus que tout : il trouvera toujours un moyen de faire payer les dettes au centuple. Ses manière de brute donnent lieu à de nombreuse méprises : on le croit bête et méchant. Or, D’jail est peut être méchant, mais il est tout sauf bête ! Rusé, sournois, fourbe, expert en sales coups, mensonges et tromperies… Impossible de savoir ce qu’il pense réellement : le chevalier ment comme il respire, et personne, pas même son jumeau qui le connaît pourtant depuis la naissance, ne peut affirmer discerner la vérité du mensonge dans sa bouche. La plupart du temps il cache bien son jeu derrière sa façade taciturne, mais il ne faut pas s’y fier : ses accès de colères, redoutables, foudroyants et parfois meurtriers, révèlent sa nature profonde.
Il faut toutefois lui reconnaître certaines qualités, comme son grand courage : c’est quelqu’un qui n’a peur de rien, et qui va même jusqu’à sous estimer les dangers. Opiniâtre, téméraire, il est également doté d’une persévérance et d’une volonté hors du commun ; lorsqu’il a décidé quelque chose, il est pratiquement impossible de l’en dissuader.
Il a l’habitude d’être dominant depuis sa toute enfance, dominance qu’il a toujours exercée sur son frère jumeau Ar’tlam. Mais, même s’il le traite à longueur de journée de lavette, de chiffe molle, ou autres, le jeune chevalier apprécie beaucoup son frère ( à sa manière !), et n’imagine pas sa vie sans lui, de même qu’il ne pourrait plus survivre sans Marayath.

Histoire

Diplômes :Compagnon forgeron

Etudes : Atelier forgeron, 3 révolutions

Nom, profession, âge et localisation du père : Taldäen, riche marchand de bijoux vivant au Fort principal de Kyr’nael. Agé de 61ans Taldäen est un homme bien en chair grâce à sa bonne situation, avare et cupide. Il se voue corps et âme à son métier . Originaire du Fort Bais, il a dû quitter la région pour cause d’une affaire de marchandises ayant mal tournée. Depuis il essaie d’avoir le moins possible d’ennuis avec les autorités.

Nom, profession, âge et localisation de la mère : Jahirma, sans profession vivant dans une riche demeure dans le Fort avec son mari. Agée de 42 révolutions, la mère des jumeaux n’a jamais travaillé de sa vie, s’occupant de ses enfants. Jahirma est une femme douce et prévenante, bien que d’une intelligence limitée, n’ayant aucune idée des problèmes de son pays. Elle ne se soucie que de son bien être et de celui de sa famille.

Frères et sœurs :
Ar'tlam, son frère jumeau, âgé donc comme lui de 24 révolutions. Il lui ressemble trait pour trait, et est devenu en même temps que lui chevalier bronze. Ils ont toujours vécu ensemble depuis leur toute enfance, et son réellement inséparables, malgré leurs caractères bien différents.
Jira, jeune apprentie tisserande âgée de 15 révolutions. Brunette débrouillarde et malicieuse, cela fait un peu plus de deux périodes qu’elle a arrêté de voir ses parents. D’jail la snobe complètement, jugeant que ce n’était qu’une fille, donc sans importance .
Rajhade, la deuxième, est au contraire d’un grand calme, et parle peu. Elle a 13 révolutions, et vit chez ses parents, aidant sa mère aux taches ménagères la journée. Elle reste très couvée par sa mère qui l’empêche de sortir de la maison. Raijade est en effet malade depuis sa naissance, d’une maladie incurable. Elle ne peut pas faire d’activités trop fatigantes. On ne peut pas dire que D’jail l’apprécie, mais il est content que, contrairement à Jira, elle reste à la place qui est la sienne, c’est à dire devant les fourneaux ou au ménage.
Talim, la benjamine de la famille, âgée de seulement 6 révolutions. C’est une gamine pleurnicharde et pourrie gâtée, et aussi la favorite du couple, qui n’hésite pas à le montrer à ses autres enfants. D’jail se dispute souvent avec elle, il la juge insolente et irrespectueuse.

Autres parents (enfants, oncles, tantes etc.) : de nombreux oncles et tantes, habitants tous dans les Forts de l’Est de Pern. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs inconnus et n’ont jamais vu Ar’tlam et D’jail.


Histoire: D’jail naquit quelques minutes avant son frère Ar’tlam. Etant ainsi considéré légalement comme l’aîné, il s’est toujours cru supérieur à son jumeau ( et même en général avec tout le monde). Premiers enfants d’un couple de riches bourgeois, leur père était un marchand de bijoux dans le Fort de Baie. Les deux jumeaux passèrent une enfance joyeuse sans le moindre incident, dans le luxe et l’aisance.. Ils ne se quittaient pas d’une semelle et s’entendaient à merveille.
Cependant il s’avéra très tôt que leurs caractères étaient en parfaite opposition. Ar’tlam était aussi doux et timide que son frère était mesquin et calculateur. D’une gentillesse maladive, Ar’tlam se laissait mener à la baguette par son frère, et ne comprenait qu’à peine ce qu’il lui arrivait. D’jail, quant à lui, trouvait cela follement amusant, d’autant que son frère lui pardonnait tous ses caprices lorsqu’il s’en rendait compte.
Peu après la naissance de leur petite sœur Jira, ils durent quitter la contrée pour le Fort de Kyrnaël. Les affaires de leur marchand de père tournaient mal, et il valait mieux ne pas traîner dans le coin ! Malheureusement, le Fort était en pleine crise, une épidémie frappant la majorité de la région. La mère des jumeaux qui venait d’accoucher d’une petite fille malade et chétive, eut grand peur de la perdre. Pour lui éviter de mourir, elle la confina dans la maisonnée, lui interdisant de sortir dehors.
A l’âge de 13 ans, les deux frères furent envoyés à l’atelier dépendant du Fort. Ar’tlam fut envoyé à l’atelier d’harpiste, tandis que don frère fut envoyé à l’atelier des forgerons. D’jail apprit très vide à apprécier ce rude métier qui semblait taillé pour ses mains. Mais même s’il adorait cela, ce n’était rien qu’un passe-temps pour lui, il était bien trop ambitieux pour devenir un simple forgeron. Ce fut au cours de sa formation qu’il fut blessé à la jambe. Il eut à ce moment là une violente altercation avec un autre apprenti qui l’avait insulté; et au cours du combat, D’jail reçut une longue estafilade sur le tibia. Il en fut si irrité qu’il creva un œil de l’autre garçon. Son père usa alors de toute son influence, ainsi que d’une somme d’argent non négligeable, pour étouffer l’accident, et l’on n’en parla plus. Cependant, l’apprenti forgeron se renfermait de plus en plus, et devenait de moins en moins fréquentable, ce qui n’empêchait pas Ar’tlam de ne pas le quitter. Ce dernier devenait d’ailleurs un excellent harpiste et mettait un point d’honneur à raconter ses progrès à D’jail qui s’en moquait éperdument.
Et le temps de la quête arriva. Une dorée du Weyr était prête à donner naissance à de nombreux dragonnets. Les chevaliers dragon étaient à la recherche de candidats, qu’ils recherchaient jusque dans les ateliers. C’est à ce moment que choisit D’jail pour effectuer une de ses farces de mauvais goût.
Comme à son habitude, il avait emmené avec lui son jumeau, qui était chargé de monter la garde. Ils ne purent donc être sélectionnés par les chevaliers dragons. Ces derniers commençaient à quitter les ateliers sans avoir pu trouver les candidats qui leur manquaient. Leur dragons détectèrent à cet instant les deux garçons, tandis qu’ils s’envolaient. Ils s’accordaient à dire que les jumeaux possédaient le potentiel nécessaire pour se porter candidats, et en particulier D’jail. Malgré les réticences de leur père à perdre ses deux seuls héritiers garçons à la fois, il ne put les empêcher de partir, tant ils étaient entêtés et inséparables.
Et c’est ainsi que les deux jumeaux devinrent candidats ! Encore une occasion pour D’jail d’empêtrer son Ar’tlam dans des histoires peu recommandables ! Pour ce qui était des tâches que les candidats devaient effectuer, D’jail, à chaque fois qu’il le pouvait, les reléguait à son pauvre frère qui acceptait de les faire sans rechigner. D’jail eut d’ailleurs, malgré cela, bien du mal à supporter la vie de candidat, surtout en ce qui concernait les nombreuses interdictions. Il les enfreignit d’ailleurs à plusieurs reprises, en utilisant son frère pour faire croire qu’il travaillait alors qu’il se saoulait à la taverne du coin.
Lors de l’éclosion, D’jail piaffait d’impatience. Il était bien entendu certain de devenir aspirant, pensant qu’il le méritait bien plus que tous les autres comme Ar’tlam. Lorsque les dragons sortirent de leurs coquilles, les deux seuls bronzes de la couvée se dirigèrent de leur démarche gauche vers les deux jumeaux. D'jail fut si supris d'entendre une voix dans son esprit qu’il en écarquilla les yeux et ne réagit pas tout de suite. Mais la plus grosse surprise pour lui fut sans doute de voir que son frère avait été choisi par le deuxième bronze !
La durée de l’aspirana passa très vite pour D’jail. Tout ce qu’il apprenait le passionnait, il découvrait petit à petit un autre genre de puissance. Il eut cependant besoin d’un long moment d’adaptation pour s’habituer à partager sa vie avec un dragon, qui avait un caractère si bizarre qu’il ne le comprenait pas toujours au début.
Ils devinrent bien vite chevaliers bronze, Ar’tlam et lui, ce qui parut presque naturel à D’jail.


Animal

Race :Dragon bronze

[b]Prénom : Marayath

Couleur :Marayath, comme tous les bronzes, possède une magnifique couleur cuivrée, plutôt claire par rapport aux autres dragons. Ses écailles sont un tout petit peu plus foncées aux extrémités de ses pattes, de sa queue et de son museau. Marayath, comme tous les bronzes, possède une grande taille, bien qu’il ait une physionomie plutôt trapue. Ses membres sont étonnamment musclés et puissants pour son jeune âge.

Age : 9 révolutions

Caractère : Marayath est un dragon très paresseux de nature, bien plus que la normale. Il est assez prétentieux, ce qui est plutôt inhabituel pour un dragon, et ce qui agace D’jail au plus haut point. Il n’est pas violent par plaisir comme son chevalier, mais dans ses colères il peut faire beaucoup de dégâts. Il a un caractère bien trempé, et souvent incompréhensible, son passe temps favori consiste d’ailleurs à embêter son chevalier en refusant de lui obéir, car il sait à quel point cela l’énerve.
Cependant, Marayath et D’jail s’entendent la plupart du temps extrêmement bien. Cela tient à ce qu’ils se connaissent parfaitement l’un l’autre et qu' il s’unissent dans une même rouerie. Marayath est en effet aussi calculateur que D’jail, et on ne peut pas dire qu’il ait une excellente influence sur lui…
Sinon, un autre hobby du dragon consiste à se chamailler ou à se battre avec Erjaïth, le dragon de Ar’tlam.

Moyen d'acquisition (pour les dragons indiquer également ici le lieu d'impression et les noms des père et mère) :Impression il y a 9 révolutions lors de l’éclosion de la dorée Nareäth et du bronze Galahant.

Personnages adoptables dans cette fiche :Taldäen, Jahirma, Jira, Rajhade, Talim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: D'jail, chevalier bronze   Mar 20 Juin à 23:17

Bienvenue au jumeau diabolique! Wink
Fiche bien évidemment acceptée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pern.frbb.net
 
D'jail, chevalier bronze
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rishwana, Chevalier Bronze de la Licorne
» yoga, chevalier de bronze l hydre femelle
» Kira, Chevalier de Bronze du Phénix
» Natsume Chevalier de Bronze de la croix du sud
» Gallen, Chevalier de Bronze du Lynx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Weyr de Kyr'naël :: Règles, Registres et Autres :: Registres :: Habitants du Weyr :: Chevaliers dragons :: Chevaliers Bronze-
Sauter vers: